contexte
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 


avatar
CRAZY ADMIN

 here since : 10/01/2016
 avatar : lee chae eun
 bitchtalk : 93
 points rp : 15
 âge : 24
 mood : adrenalin rush
 lovemeter : o/10
 rôle : hunter
 weapon : katar, un poignard avec un manche en H qui permet à la lame de se trouver au niveau des jointures.

MessageSujet: contexte   23.01.16 3:54

CONTEXTE
fight the dead. fear the living.


Park de Yellowstone, Californie, États-Unis, 2005. Une série de morts mystérieuses dans un des plus populaires parcs forestiers des États-Unis. Une enquête est initiée mais reste sans réponse alors que des rangers sont retrouvés atrocement décapités. Le gouvernement tasse l'affaire et ferme la zone aux touristes, accusant une hausse de présence d'animaux sauvages.

New York City, New Jersey, États-Unis, 2006. Un hôpital est mis en quarantaine lors d'une grave épidémie de l'influenza de type H5N1. Aucun survivant, malgré le travail acharné du personnel sur place. On ferme l'hôpital pour insalubrité et les alentours sont déclarés dangereux.

Washington DC, Colombie, États-Unis, 2007. Un nouveau virus se répand partout dans le pays, le personnel médical est surmené. La maison Blanche est en alerte, le président ne sort plus. Certaines villes sont placées sous quarantaine, l'inquiétude se propage, les pays doutent, ce n'est qu'une question de temps avant que le scandale n'éclate et que les nations ne cèdent sous la panique.

Los Angeles, Californie, États-Unis, 2008. Le dernier aéroport ouvert des États-Unis ferme ses portes à la vague de citoyens terrifiés qui souhaitent fuir l'enfer qui recouvre lentement le pays au grand complet. Le virus a passé les frontières et déjà, on entend parler de nouveau cas partout dans le monde, commençant par les pays côtiers. Le gouvernement est faible et la population déjà réduite au tiers. Les laboratoires tenant encore debout roulent sans arrêt, les scientifiques restant travaillant d'arrache pied pour trouver un remède au mal qui court. Les frontières sont fermées, les citoyens américains laissés à eux-mêmes.

Seoul, Corée du Sud, 2009. Premier cas du virus létal dans la capital. En moins d'un an, le gouvernement est renversé et la pandémie s'étend de plus en plus rapidement sur le pays. Les citoyens encore sains tentent désespérément de sauver leur peau et celles de leurs proches. Les habitants de la ville déménagent en région, évitant les grandes zones d'infection. Le virus se propage dans les campagnes.

Quelque part en Corée du Sud, 2012. Le pays est entièrement infecté, on décompte plus de victimes que de survivant. Les citoyens migrent vers le nord en espérant y retrouver aide et refuge. Les ressources se font plus rares et l'impuissance est partout. On fouille les villages et les villes à la recherche d'une base établie, d'un repère de survivant.

Quelque part en Corée du Nord, 2013. Les indemnes se font de plus en plus rare, les groupes se façonnent et se séparent de manière aléatoire, le monde est dans le chaos le plus total. Des familles entières cèdent face au désespoir et se suicident en voulant éviter le pire. On découvre ainsi que la maladie est déjà installée dans le système des humains; impossible de ne pas être infecté. On sait dorénavant que la mort conduit inévitablement à la zombification.

Quelque part en Corée du Nord, 2014. Des groupes se trouvent, des alliances se forment; un groupe élite de survivants s'assemble pour former la première base stable de la Corée du Nord, réunissant provisions et armes, montant des barricades et cherchant à retrouver et ramener le plus de survivant possible, se déployant partout dans le nord ouest de l'Asie. Les missions de sauvetage et de dépistage sont désormais planifiées; un semblant de sécurité et de stabilité commence à naître dans cette base au allure de camps de concentration.

Quelque part en Corée du Nord, 2015. Le camps s'élargit, devenant quelque chose ressemblant à une petite ville, accueillant de plus en plus de survivants. Ceux-ci sont envoyés, selon leurs talents, leurs capacités, et leurs décisions, dans l'un des cinq groupes qui séparent les habitants de manière distincte, afin d’allouer une certaine cohésion à la communauté qui en a bien besoin. L'enfer qui règne au dehors des murs est toujours aussi effroyable, et jusqu'à ce qu'un remède apparaisse miraculeusement, on ne peut que continuer à se battre, à survivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hunt(me)down :: administration :: rules&rights.-