Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 

 Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>


poster un nouveau sujet répondre au sujet


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   25.01.16 9:50

Nous, face au monde et aux zombies

Comment l’Humanité avait pu tomber si bas ? Il avait l’impression que désormais, les survivants ne faisaient que ramper pour quelques jours de plus au soleil. C’est peut-être pour cela que cela comptait autant pour lui de sortir des murs… pour se sentir vivant. Il avait besoin de cette liberté plus que tout. S’il n’avait pas la possibilité de sortir régulièrement, il aurait fui le camp depuis longtemps. Il jeta un œil à Ho Joo. Ils étaient partis tôt ce matin du campement, alors que le soleil n’était pas encore levé. Ils avaient beaucoup marché avant d’avoir trouvé une petite voiture qu’ils avaient réussi à faire démarrer. Direction Samjiyon ! Ils devront certainement passer la nuit dehors, vu le chemin qu’ils avaient à faire… comme au bon vieux temps. Avec ses exploits au volant, on pouvait aisément deviner qu’il n’a jamais fait quoi que ce soit se rapprochant d’un permis. C’était même un miracle qu’ils n’aient pas encore terminé dans une rivière ou un fossé. Sans compter qu’après tant d’années, les routes n’étaient plus dans un très bon état. Méi ne s’en plaignait pas. Le trajet jusqu’à Samjiyon aurait pu durer plus d’une semaine à pied avec des zombies dans les parages, ils avaient eu de la chance… Et si tout allait bien, ils pourraient même faire le chemin inverse avec et la ramener au camp !

Sauf… qu’il y eut un bruit bizarre. Ça sortait de sous le capot. Il n’y connaissait rien mais… c’était mauvais signe à son avis. Il continua à rouler quelques mètres avant que la voiture ne s’arrête brusquement. « Bon… c’était sympa… mais je crois qu’on va devoir continuer à pied… » Il sortit du véhicule après s’être assurer d’un geste instinctif que sa matraque – rose… - soit toujours à sa ceinture. Il n’y avait pas de rôdeurs aux alentours. Pas encore. Avec le bruit, il pouvait déjà parier qu’ils ne tarderaient pas à se ramener. Il leva le capot… et comme prévu, il ne comprenait rien à tout ce bordel. Ils n’avaient plus beaucoup à marcher, peut-être vingt-minutes avant de rejoindre les premiers bâtiments. C’était plus que faisable. Presque trop facile. « Jojo… tu veux venir voir si t’y comprends quelque chose ? » Sait-on jamais. S’ils pouvaient continuer encore un petit bout dans le confort de la voiture, Méi ne disait pas non ! Le plus important c’était qu’ils ne passent pas trois heures à tenter de réparer quelque chose qui de toute façon les lâcheraient dans cent mètres. Dans ce monde, chaque effort et chaque seconde sont précieux. C’était une des dernières richesses qu’il restait avec la nourriture, les médicaments et les armes. Sans compter qu’ils étaient loin du camp, ils jouaient leur vie à cet instant. Un truc commença à fumer vers le moteur ou quoi que ce soit… « Oublie, ça vaut plus rien, on bouge ! » Il rouvrit sa portière et ramassa rapidement ses quelques affaires. Un sac avec des vivres, des bandages et quelques habits. Le strict nécessaire pour ne pas se surcharger. Un équipement trop lourd et il tomberait en arrière avec son poids plume. Mais c’était la clé de sa rapidité donc il ne cherchait pas vraiment à se muscler plus. Il fallait juste savoir où viser, la force brute n’était pas indispensable. « T’es prêt ? Attache tes lacets… pas comme la dernière fois… » Cela avait été comique… mais après un Ho Joo de mauvaise humeur… ce n’était pas le plus pratique pour voyager. Allez, c’est parti pour une mission d’hunter ! Priorité pour tous objets rares et vitaux ! Et revenir en vie… ce serait bien…


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   25.01.16 11:52



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Tout défilait si vite. Le paysage qu’ils auraient du mettre une semaine au moins à voir, se déroulaient devant ses yeux sans qu’il n’en capture un seul détail. De toute façon, à part deux trois cadavres ou des arbres, il n’y avait rien sur quoi s’attarder.

Ils partaient en mission. Méi comme lui savait ce que ça signifiait. Qu’il ne s’agissait que d’un simple prétexte pour quitter les murs et retourner à l’aventure. Un besoin peut-être plus prononcé chez le second que pour lui, Ho Joo n’avait jamais considéré la communauté comme la leur, pas totalement. Il jouait son rôle et apportait sa contribution mais c’était bien plus un moyen d’avoir un lit et un temps de repos un peu plus long qu’ils auraient pu avoir à l’extérieur. Si il avait bien retenu une chose, c’est qu’il ne faut jamais se croire en sécurité, il ne pensait pas une seconde que ce semblant de “paix” durerait. Le pied contre le tableau de bord et le coude en appui, il avait l’impression de revivre. Il ne s’était jamais senti aussi serein, malgré la conduite plus que dangereuse de son coéquipier.  Ouais, si ils crevaient aujourd’hui, ce serait pas la faute des zombies, mais du plus petit. Est-ce que durant son amnésie, il avait oublié comment conduire? A moins qu’il ait jamais appris. Il soupira, plus amusé qu’agacé alors qu’il venait presque de les planter dans un trou et en retourna à son observation.  C’est comme ça qu’on apprend.

A défaut de ne pas avoir réussi à mettre en marche le lecteur, le bruit du vent sifflant contre les vitres et les dérapages répétés sur le bitume  furent leur seule mélodie pour leur tenir compagnie. Entre deux ou trois dialogues, ils ressemblaient à deux bons copains qui partaient en roadtrip. Un roadtrip qui virait au film d’horreur.  Il sentit le moteur dérapé, tenté de se reprendre pour finalement calé. Avant même d’être à l’arrêt, Ho Jo avait compris que la facilité cessait ici. Peu importe, il voulait se dégourdir les jambes. Plus lentement que son partenaire, il s’était simplement étiré,  retirant son pied et attrapa son arme avant de sortir. Ses yeux balayèrent les environs, plus qu’il ne se préoccupa du problème. Est-ce qu’il y comprenait quelque chose ?    «Attends je vais régler ça. »  Il arque un sourcil, jette un oeil et manque de taper contre le capot d’un coup de pied, avant que la voiture ne proteste. Jojo, c’est pas un mécano. C’est le mec un peu brusque qui va d’abord secouer la machine avant de déclarer que cette merde ne fonctionne plus.   « ... ouais t’as raison, on se tire » il récupére son propre  sac et s’éloigne rapidement du véhicule. Pour le retour, ils trouveront bien autre chose, ou passeront la semaine à marcher. Si ils survivaient jusque là.

Un coup d’oeil à ses lacets, il plisse les yeux et s’accroupit, décidant tout de même de les resserrer avant de se redresser.  L’erreur la plus idiote qu’il ait pu commettre. Évidemment, c’était pas sa faute. C’est jamais sa faute, à Jojo. Mais il grognera pas. Pas pour l’instant. Parce qu’il pouvait sentir les faibles rayon du soleil brûler sa peau et que sa vue n’était pas limitée par des murs. Un sourire étira ses lèvres et il se rapprocha, passant son bras autour de ses épaules .  « On va rarement si loin, hein ?  J’suis preums sur les barres de céréales. On te trouvera peut-être des vêtements … et des fruits. » Ne parlons même pas de la matraque rose. Il retira rapidement son bras, entendant les craquements et gémissements, d’un corps tranché rampant jusqu’à eux. Le bruit les attirait comme des mouches, et ils étaient leur met. Néanmoins, malgré la faible condition apparente de celui-la, il avait été le premier à rappliquer. Ca l’avait toujours amusé, de voir à quel point, peu importe leur état, ils cherchaient en vain à les croquer. Il le désigna, son arme prolongea son bras. « Je te le laisse. » Oh il ne se défilait pas. Il s’agissait d’un vrai cadeau.


_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   25.01.16 14:05

Nous, face au monde et aux zombies

Les barres de céréales, c’était toujours pour Ho Joo. Avec un si grand corps, il devait avoir besoin du double d’énergie que lui. Il haussa les épaules à l’idée de nouveaux vêtements. Ce n’était pas sa priorité. Cela ne le dérangeait absolument pas de se balader avec des trucs aussi… barrés que le t-shirt au dessin d’un éléphant enfantin et un bas de pyjama à motif qu’il portait en ce moment. Les vêtements que personne voulait, il les prenait volontiers ! Après tout ils étaient autant utiles que les autres. Surtout que c’était déjà assez dur de trouver des choses plus ou moins à sa taille, il n’allait pas faire le difficile. Enfin… faut pas pousser quand même, il ne mettrait pas des robes ou des jupes. Question pratique. Par contre, la mention des fruits le fit tiquer. Oh oui, il n’y résisterait pas s’ils en trouvaient ! Ho Joo savait bien comment le dompter ! Cela faisait quelques jours qu’il n’en avait pas mangé des frais… Les séchés qu’il trouvait au camp ne comptait pas. Il en voulait des biens juteux et mûres à point. Il salivait rien qu’à cette pensée. Mais il se reprit vite. Pas le droit aux rêveries. Pas en dehors des murs. Cela lui plaisait en quelque sorte, pas le temps pour s’apitoyer sur son sort ou réfléchir aux souvenirs disparus. Il sortit sa matraque et asséna un coup net au niveau de la jugulaire avant de remonter en direction de la tête. Cette dernière tenait déjà miraculeusement sur les épaules, il n’en fallut pas beaucoup pour la détacher. Problème réglé. Oups, autant pour lui, la tête bougeait toujours… Il s’accroupit et donna un nouveau coup. Maintenant sa matraque était pleine de bouillie de cervelle. Génial. Il l’essuya comme il pouvait aux lambeaux de vêtements du rôdeur. « Le prochain est pour toi. » Question d’égalité. Au final, ils savaient bien qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre. Si un rôdeur arrivait brusquement, ils ne se poseraient pas la question de qui s’en occupe. Ce serait fait, c’est tout. Se poser des questions lorsqu’on est entouré de zombies, c’était une perte de temps. Ils étaient bien trop coordonnés pour s’en préoccuper la plupart du temps. Merci aux dix-sept mois à voyager ensembles, rien que tous les deux.

Il reprit le chemin mais à peine quelques pas plus tard, il trébucha et faillit se retrouver tête la première par terre. Il avait oublié ce petit détail, ses baskets étaient dans un sale état et l’une de semelle se décollait de temps à autre. « Preums pour des godasses. » Ce n’était pas comme s’ils avaient la même taille au pied… il n’y avait qu’à voir leur différence… d’altitude pour s’en rendre compte. Un géant et un nain de jardin. C’était presque comique comme duo mais Méi vous répondrait que c’est très pratique de se balader avec quelqu’un de grand… il lui sert de longue-vue… C’était tout autant utile quand il y avait quelque chose à attraper en hauteur. Tant dit que Méi arrivait à se faufiler dans une peu près toutes les brèches étroites et conduits d’aérations. Des rôles bien répartis en somme. « On passera sûrement la nuit en ville… J’espère que t’as des piles dans ta lampe torche. » Cela n’allait pas être une partie de plaisir mais ils en avaient déjà vu d’autres. Juste une nouvelle nuit au dehors. Méi devait être tordu parce qu’il trouvait ça un peu excitant… cela avec le goût de l’adrénaline. Et c’était ce genre de choses qui lui rappelait qu’il était en vie. Chacun a ses travers, non ?



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   25.01.16 18:55



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Ils assuraient leurs arrières, mutuellement, comme des frères. Les frères Bae. Puisque c’est ce qu’ils étaient, une même famille, bien au delà de la communauté qu’ils avaient rejoint. Depuis qu’ils se connaissent, leur relation avait évolué à un point qu’ils étaient fusionnels. Seulement, ici, ce n’était qu’un simple jeu. Le premier pour toi, et le second lui reviendra. Ils n’étaient pas sorti que pour ramener des objets au camp, c’était pour eux. Si Méi avait ce besoin de respirer en dehors des murs, lui avait un besoin de cogner sur quelque chose, en plus de ne pas vouloir se laisser enfermer par la peur du danger. Un sentiment de protester contre ses propres émotions. C’était pas une vie, pas la vie qu’il voulait. Tous les deux, ils étaient pas normaux, pas mieux l’un que l’autre. Mais comment être normal quand on grandit dans ce genre de monde?

En cas de horde, il se foutrait bien de qui à taper en premier, il buterait celui qui s’approcherait de trop près. Mais là, il se contente simplement de voir la tête se détacher de son corps et continuer pourtant à vivre, à résister. Une image si risible et pourtant, il aurait beaucoup moins ri, dans d’autres circonstances.  Ils reprirent la route, s’arrêtant au bout de quelques pas quand il eut le réflexe de vouloir le rattraper. Trop tard, pas nécessaire. Et quand il fut sûr qu’il n’avait rien, il put secouer la tête avant de reprendre. Ses lacets, au moins, il avait eu qu’à les resserrer. « Toi,  Il te faut une séance shopping d’urgence. » Ouais, enfin, si ils trouvaient le centre commercial avant la nuit.  Un t-shirt pour remplacé son éléphant, Ho Joo ne dirait pas non. Avec sa façon de s’habiller, on peinait à croire que Jojo était le plus jeune des deux.  

Il ajuste son sac sur son épaule, son regard détaillant l’horizon et les bâtiments qui se dessinent. Ils approchaient de la civilisation, des rôdeurs. Où est-ce qu’ils allaient dormir sur ce soir? Le premier truc qu’ils trouvaient, sans doute. Les plans ça servait à rien, y avait beaucoup trop d’imprévus à gérer.  « ouais j’ai pris des recharges et une carte. Il vaut mieux éviter les résidences, ça grouille toujours autant  de rôdeurs.» Beaucoup trop pour deux, pour un trop maigre butin. Il désigne la carte, dépassant presque de sa poche, l’ayant consultée avant leur départ. Méi et Jo avaient fait du chemin. Ils connaissaient même certains coins tellement bien, qu’ils leur seraient facile de trouver d’un endroit un peu plus tranquille. Mais Samjiyon, ils venaient pas vraiment de là.  « L’aéroport militaire et le centre, ça te tente?  On reviendra en hélico’ » C’était une idée con, proposé avec le sourire. Parce qu’ils savaient déjà pas comment conduire une voiture, alors un hélicoptère, c’était suicide assuré. Il était pas sérieux, mais ça l’aurait sans doute amusé d’essayer. Il arque un sourcil, baisse les yeux vers lui.  Peut-être qu’ils y trouveraient des munitions à ramener, ou des protections. Quant au centre, des chaussures et des barres de céréales.

« Ils en ont mis du temps…» Il jette un coup d’oeil derrière eux et s’arrête. Celui-ci semblait avoir encore ses deux jambes, courant rapidement vers eux, les lambeaux de chair et décomposés ballottant à chacun de ses pas. Quand c’était pas leurs organes. Sa main se resserra sur le métal et il s’avança, profitant de l’élan pour donner le premier coup à en briser les rotules.  « … On ferait mieux de plus trop traîner ici. » Il le détailla, s'agiter avant d'enfocer la barre de métal dans son crâne. Sa super vision de longue-vue, elle allait pas très loin. Mais les bruits, il fallait pas être grand pour les entendre. Ils commençaient à rappliquer.


_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   26.01.16 11:28

Nous, face au monde et aux zombies

Le « shopping », c’était juste un autre mot ironique pour eux de dire qu’ils allaient fouiller les bâtiments pour des choses bien précises. D’autres appelaient ça la chasse ou tout autre terme que l’on pouvait trouver. Méi jeta un œil à son t-shirt. Il n’était pas si mal. Il s’était déjà baladé avec largement pire, soyons honnête. Genre un top sans manche avec inscrit « imsexybitch ». Lui ne voyait absolument pas le problème de son éléphant tout mignon ! Même si okay, le blanc ne resterait plus blanc très longtemps avec leur style de vie. Un vêtement, c’était un vêtement. Il n’était plus l’heure de faire la fine bouche de nos jours. Il hocha la tête à l’initiative de Ho Joo. C’était bien qu’il soit venu préparé… et en même temps, il n’attendait pas autre chose que son partenaire de toujours. Il lui faisait confiance pour ce genre de choses. Parfois… à tort avec le côté impulsif d’Ho Joo mais bon… « Si on trouve un hélico… je te regarderai depuis la terre quand tu feras joujou. » Il n’était pas suicidaire. Et se risquer à conduire lui-même ? Non. Jamais de la vie. On voyait déjà ce que cela donnait au volant d’une simple voiture. « J’adore voir des feux d’artifices et des trucs qui explosent… » Le sarcasme allait souvent de pair avec son attitude blasée. « Mais partant pour le centre, paraît qu’il y a des trucs intéressants. » Médocs, vêtements, nourriture en boîtes,… tout pour plus ou moins donner un sens à leur sortie. Histoire de rentabiliser la chose autrement que juste satisfaire le besoin de liberté de Méi.

Il regarda l’autre s’occuper d’un zombie, comme prévu. Mais il savait que ce dernier avait raison. Il fallait qu’ils bougent assez vite s’ils ne voulaient pas avoir un fanclub autour d’eux.  « Alors bouge tes fesses princesse, on y va ! » Il accéléra le pas, direction le centre. Ou tout du moins là où on lui avait indiqué qu’il était. Il n’y avait encore jamais mis les pieds et c’était légèrement excitant d’explorer un nouveau lieu de ressources. Il croisait les doigts pour que s’ils ne trouvaient pas de baskets à sa taille, ils pourraient au moins mettre la main sur de la colle pour réparer temporairement sa semelle. Il se mit même à trottiner, histoire de gagner du temps. Ho Joo suivrait le rythme. Il ne lui laissait pas trop le choix en fait. Il sentait ses muscles s’étiraient doucement. Il était resté trop longtemps au volant. Se dégourdir un peu était plus que nécessaire s’il voulait survivre à l’action qui ne tarderait pas d’arriver. Il pouvait étendre quelques rôdeurs arriver vers eux. Il savait dans quoi il s’embarquait avant même d’arriver sur place ! Samjiyon n’était pas le coin le plus calme en terme de zombies ! Mais ils avaient vécu tellement de choses sur leur route que cela ne les effrayait pas. Il devait y avoir un grain de folie en eux, si ce n’est plus, pour qu’ils se lancent dans ce genre de missions. Mission qui n’en était pas vraiment une, contenu du fait que ce n’était aucun de leurs « chefs » qui les avaient poussés.

Devant eux, les bâtiments se faisaient plus visibles. « Le premier arrivé aux bâtiments à la priorité si on trouve une arme classe ! » Comment les motiver ! Rien de mieux que l’idée d’une nouvelle arme destructive. Il lui fit un gros sourire et commença à courir. S’ils se dépêchaient, il pouvait diviser par deux leur temps de trajet ! Si cela n’attirait pas les rôdeurs, il aurait crié de bonheur ! Cela faisait tellement bien de sentir la liberté couler dans ses veines. Il était vivant !


© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   31.01.16 17:21



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Jojo et Méi, tous les deux, étaient une valeur sure. Un duo qui avait toujours fonctionné et fait leur preuve durant deux longues années. Si on analysait leurs taux de survie ou même leur record, ils devaient bien être au dessus de la moyenne. Pour quelques cicatrices, mais aucune morsure à leur actif. Jojo n’avait pas le souvenir d’avoir eu réellement peur de perdre son partenaire, même dans les pires situations, ils en sont toujours sorti sans trop de frayeurs. Une synchronisation parfaite en cas d’attaque, peut-être un peu de chance aussi, et une confiance qui dépassait celle de la simple amitié. Jojo crèverait pour Méi et il se doutait que ce soit également le cas, inversement.

Jojo avait parfois des idées suicidaires, mais tout de même, il n’irait pas jusqu’à les réaliser. Monter dans un hélicoptère? Très mauvais plan, à moins de vouloir mettre fin à sa vie ou que ce soit le dernier des plans envisageables. Mais que son coéquipier ose rire de sa mort ? Il prend un air faussement indigné et un ton dramatique, posant sa main sur sa poitrine après s’être occupé du rôdeur. Jojo, il aurait pas fait comédien. « Tu m’accompagnerais même pas dans ma mort? Ouais bah...Je m’écraserais sur toi.» Simplement pour avoir le dernier mot, comme si ça lui donnerait raison. Il incline la tête et acquiesce. Il s’en moquait, au fond, entre le centre et l’aéroport, il n’y avait pas de grande différence: il ne connaissait aucun des deux. Même si Méi avait choisi les résidences, Jojo aurait probablement suivi, laissant sa raison bien loin derrière eux. Il ne fallait de toute manière pas en avoir beaucoup, pour s’aventurer à samjiyeon par simple envie de se dégourdir les jambes.

Eviter un “fanclub” et se rendre pour un “shopping”. Au fil du temps, les mots avaient repris d’autres définitions, évoluant avec le monde dans lequel ils grandissaient.  Il pressa le pas, pas plus chaud de rester sur place et jeta un bref coup d’oeil par dessus son épaule. Mauvaise idée. L’idée de courir, par contre, très bonne idée. Ses doigts se resserrent autour du tuyau métallique, plus fermement, avant qu’il ne se mette à le suivre. A la course, Méi gagnait toujours, ça ne l’empêchait pas d’essayer à chaque fois. Parce que franchement, il râlerait un peu d’avoir manquer l’occasion de remporter une arme cool. Si arme cool ils trouvaient.

Courir. Courir à l’intérieur du camp n’avait jamais donné la même sensation que celle de courir sans aucune barrière en vue. Ils atteignirent les premiers bâtiments, les premières carcasses de voitures abandonnées et au bruit, les premiers zombies. Le souffle rapide, il s’arrête de quelques pas plus lent, amortissant sa vitesse, second. « ...T’étais parti bien avant aussi. Mais ça va, aujourd’hui c’est ton jour...»  Il tire sur son col, secouant légèrement le tissu. D’ici, ils pouvaient voir le centre commercial, et le chemin qui les conduiraient. Un chemin de plusieurs magasins et d’ un ou deux rôdeurs, mais pas de horde. Pas encore. Sur le droite, il note la présence d’une station essence, puis jette un coup d’oeil à Méi avant de s’y avancer. Est-ce qu’il avait réellement besoin de communiquer ? Il espérait y trouver de quoi manger...Et des barres de céreales. Au pire, ce serait toujours un échauffement.


_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   31.01.16 17:53

Nous, face au monde et aux zombies

Méi sourit à son ami. Il avait toujours de quoi râler… mais croyez-le ou non, cela ne le dérangeait pas. Ça mettait un peu d’animations dans ce monde si désolé ! S’il avait réussi à le supporter pendant dix-sept mois alors qu’ils n’étaient que tous les deux nuits et jours, il pouvait le supporter une vie entière, il en était persuadé. A côté de ça, Ho Joo devait encaisser les remarques piquantes et le sarcasme de Méi… donc c’était donnant donnant. « Désolé princesse, mais avoue que ça fait du bien de se dégourdir les jambes ! » Il le suivit dans la petite station essence. Tout était… chaotique. Il y avait sûrement déjà du monde qui y avait passé et repassé… mais autant profiter d’y jeter un coup d’œil, il n’y avait pas de zombies. Il fit un signe à Ho Joo comme quoi il allait entrer dans ce qui restait du shop. Ce n’était pas très risqué de se séparer dans de telles conditions. Il avait sa matraque à la main après tout et les alentours semblaient calmes. Ho Joo pourrait toujours faire le guet ou fouiller les quelques voitures présentes en attendant. Il savait bien que si Méi trouvait des barres de céréales, il les lui donnerait.

Il enjamba ce qui devait être un être un ancien congélateur. Il y avait ce qui ressemblait à des cartons de glaces mais avec des étranges… moisissures vertes dont il ne voulait surtout pas connaître l’existence. Il n’y avait pas un bruit à l’intérieur. Les étagères étaient au sol. Il ne restait plus grand-chose, des emballages vides pour la plus part. Il soupira. Ils étaient vraiment passés trop tard pour cette fois. Il visita un peu, on ne savait jamais. Il s’apprêtait à ressortir lorsqu’il trouva un petit carton pleins de briquets. Bonne trouvaille ! C’était assez pratique d’en avoir sur soi. Il les empocha le tout et en garda un dans sa main avant de ressortir. Il chercha du regard mais ne vit pas de traces de son partenaire. Cela ne l’inquiéta pas plus que ça. Il lui faisait confiance. Le briquet en main, il le testa quelques coups, la roue était un peu difficile et avait tendance à se coincer… Lorsqu’il sursauta brusquement en sentant quelque chose l’agripper. Il ne retourna et un rôdeur était à deux centimètres de lui, sans réfléchir, il le matraqua une fois à la tempe. Son réflexe avait été tellement puissant que cela suffit à l’assommer définitivement. Bordel. Il y avait échappé de peu. C’était sûrement la première fois que cela lui arrivait… de baisser son attention et de ne pas entendre un zombie approcher.

Et c’est en reprenant sa respiration… qu’il vit la plus grosse connerie de toute sa vie qu’il venait de faire. Le briquet était tombé au sol, juste à côté d’une pompe… et les flammes commençaient à apparaître. Cela donnait comme dans un film… et il n’y avait que dans les films pour faire des conneries aussi grosses que tester un briquet dans une station essence. Il se mit à courir comme un taré le plus loin possible. Ho Joo ! Bordel de merde ! « JOJO BARRE-TOI ! COURS ! VITE ! JOJO, TOUT VA PETE !!!!! » Il n’avait jamais crié si fort. Il ne savait pas où son ami se trouvait mais il espérait le plus loin possible. Il courait aussi vite que ses jambes le permettaient. Puis la détonation. Il fut soufflé à terre tellement c’était puissant. Sonné, il mit un moment avant de se relever. Non non non ! Il fallait vite qu’il retrouve Jojo pour se barrer de là, ça allait attirer tous les zombies ! C’était sa plus grosse putain d’erreur de sa vie ! Il n’arriverait jamais à se le pardonner ! Encore plus si quelque chose arrivait à son ami !


© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   31.01.16 18:50



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Après dix-sept mois passés ensemble, si Jojo et Méi n’avaient pas pu s’entendre, ils se seraient séparés bien avant. Jojo ne craignait pas tant que ça la solitude, mais il ne l’aurait pas laissé derrière si ce n’était pas son choix, que ce soit ami ou ennemi. Quand bien même il aurait fait un effort tout ce temps, arrivé au camp, plus rien ne les forçait à rester ensemble, à se côtoyer à de si nombreuses fois pour les missions. Jojo et Méi, c’était des partenaires, la meilleure des concordances.

L’endroit était désert. A croire que tous les rôdeurs s’étaient réfugiés dans le centre même, abandonnant ce genre de lieu pour les espaces plus prisés, comme le centre commercial. Tant mieux. Honnêtement, il n’y avait que peu de chance qu’ils puissent trouver quoi que ce soit ici. A l’extrémité de la ville, beaucoup on sans doute préféré visé la station essence plutôt que de vouloir s’enfoncer. Mais Jojo, c’est un optimiste, même si il ne trouve pas le précieux encas, il devait bien rester un ou deux trucs intéressants. Il le laisse entrer, après un coup d’oeil afin de s’assurer lui-même qu’il soit en sécurité et reste à l’extérieur. Méi savait se défendre tout seul, il lui faisait confiance, mais pas contre une attaque surprise. Personne ne le pouvait, combien ne s’était pas fait avoir parce qu’ils n’avaient justement pas vu le zombie derrière eux ? Beaucoup trop. Jojo se persuadait que ce genre de chose ne leur arriverait jamais. Que rien de grave ne leur arriverait et qu’ils pourraient continuer leur sortie, à risque leur vie, sans trop vraiment la risquer.

Il ouvre la portière, en forçant la poignée. Les clés toujours sur le contact, ce serait trop beau qu’elle puisse démarrer. Bien trop beau, que forcément ce n’est pas le cas. Il tend le bras, cherche dans la boite à gants et entre les portes. Au bout de quelques minutes, la carcasse de voiture perd tout son intérêt et il la laisse là, pour reprendre sa place en tant que guet. Mais y avait rien, pas un chat, pas un zombie. C’était trop calme, dans un monde où le calme était assimilé à risque de danger. A moins qu’il parlait trop vite. Il reconnut le bruit si caractéristique, ce gémissement si déplaisant à l’oreille, qui attire son attention. De quelques pas, à l’intersection des deux murs du bâtiment, il en remarque un et préfère s’en débarrasser. Méi mettait beaucoup trop de temps. C’est presque aussi vite, l’arme encore sale, qu’il retourne vers les pompes, alors qu’il n’aurait pas du. Il aurait du courir dans l’autre sens, ce crétin, en entendant son coéquipier l’appeler. Il aurait du comprendre bien avant. Et quand enfin il saisit ses mots, il est trop tard. L’explosion de pleine face l’a propulsé à plusieurs mètres,  son corps retombent lourdement sur le bitume. Les flammes dansaient, par endroit, autour d’eux, mais au moins il n’avait pas brûlé vif. Est-ce qu’il avait été touché, est-ce qu’il saignait? Il n’avait conscience d’aucune douleur, conscience de rien. Cette journée avait pourtant si bien commencé.  


_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   31.01.16 19:19

Nous, face au monde et aux zombies

Il paniquait. Il regardait dans tous les sens et tout ce qu’il voyait c’était des flammes. Il n’arrivait pas à voir où était Ho Joo. Chaque seconde comptait. Si son ami était coincé sous quelque chose… s’il était inconscient… il serait bientôt avaler par les flammes, si cela ne l’était pas déjà. Il se releva et tituba quelques mètres. Il s’était tordu la cheville en tombant mais ce n’était qu’un détail, il fallait qu’il le retrouve. Bientôt les zombies débouleraient de partout, attirés par le vacarme. Le temps pressait et il courra jusqu’à la station en flamme. Vite ! Il ignora la douleur. Sa tête allait dans tous les sens au point de lui donner la nausée. Puis il le repéra… là… étendu. Oh non… non non non ! Il le rejoignit en quelques seconds, évitant le feu et les débris. Ho Joo ne pouvait pas mourir comme ça. Il ne pouvait pas mourir par sa faute ! Il ne lui en laissait pas le droit ! Il faisait quoi sans lui ?! Il était égoïste, il ne voulait pas être seul… si son ami, son seul véritable ami, décédé là… il ne lui resterait plus rien. Il arriva à sa hauteur. Dieu merci, il ne semblait pas brûler… mais il ne semblait pas non plus conscient. « JOJO ! Eh ! Jojo, réponds-moi ! Faut te bouger ! » Il le secoua de toutes ses forces. Cela devenait de plus en plus dur de respirer avec toute cette fumée. Il pouvait y avoir une deuxième explosion n’importe quand. Il le gifla de toutes ses forces. Il fallait que Ho Joo se réveille pour qu’ils puissent se tirer de là très vite. « Oh merde, Jojo, crève pas ! T’as pas intérêt de crever ! » Il ne voyait rien mais peut-être que son ami s’était cogné la tête… et ce genre de choses pouvaient être dramatiques, il en savait quelque chose.

Il essaya de le redresser tant bien que mal. Il était lourd ! Honnêtement, il aurait préféré ne jamais avoir à le soulever. Il avait plus de vingt centimètres de différences… et pour le poids, il n’avait aucune idée mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas rigolo à transporter. Une fois qu’il l’eut mis assis, il inspecta rapidement s’il ne voyait pas de sang. Il ne voyait rien mais il n’arrivait pas vraiment à se concentrer. Son cœur allait à toute allure et ses oreilles sifflaient encore de l’explosion. Il se pourrait très bien qu’une horde de rôdeurs arrivaient droit sur eux qu’il n’était pas certain de pouvoir les entendre. « Bouge, pitié, Jojo ! » Il le suppliait. Il fallait qu’ils s’enfuient et vite. Mais rien n’y faisait. Il se glissa sous le bras de son ami et le hissa debout. Bordel… cela n’allait pas le faire. Il fit quelques pas et faillit trébucher la moitié du temps. Ils allaient mourir tous les deux ici. Il le reposa à terre pour mieux le prendre et l’installer sur son dos. Il n’avait pas la force pour le porter, il le savait… mais l’adrénaline peut vous faire faire des choses incroyables. Avec toute l’énergie qu’il avait, il s’éloigna le plus possible de la station. Il aurait dû se taire pour ne pas attirer encore plus de zombies, mais il continuait d’appeler désespérément son ami pour que celui-ci réagisse et revienne à lui. Il le fallait. « Jojo si tu crèves, je te pardonnerai jamais ! » Le cri du désespoir. Chaque pas était un supplice mais il ne pouvait pas le laisser là ! Il n’avait plus de notions du temps ni même de la douleur. Le premier bâtiment qu’il trouva, il ne se posa pas trois milles questions, il entra. C’était une sorte de restoroute… la porte tenait miraculeusement encore et tout semblait être en assez bon état comparé à la station. Il regarda rapidement et tout semblait « safe » à l’intérieur, il déposa le plus délicatement possible Ho Joo contre le comptoir avant de courir barricader la porte avec tout ce qu’il trouvait… Ils n’étaient pas sortis d’affaires.


© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   01.02.16 9:05



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Ho Joo sans Méi, Méi sans Ho Joo, ça n’avait plus vraiment de sens, leur vie. Ho Jo prétend, mais est-ce qu’il réussirait à avancer, sans lui ? Il avait perdu son père par le passé et il avait eu envie de crever avec lui. Avec son coéquipier, est-ce qu’il aurait de nouveau cette impression de mourir ? Méi devait être dans le même état, aussi perdu que le jour où il l’avait trouvé, seulement cette fois, il ne pouvait pas même se reposer sur un inconnu. Cette fois, la situation était inversée. Ce n’était pas de sa faute pourtant. C’était de la faute à pas de chance.

Il n’avait pas bougé, n’avait rien senti. Pas même la claque. Le coup en tombant avait du l'assommer pour un long moment, ayant tout de même eu le réflexe de se protéger de ses avant-bras. Son visage n’avait que quelques coupures dus à la projection des débris et son corps, des brûlures superficielles. Physiquement, il s’en sortait bien. Quant à l’état de son dos ou le choc que son corps avait reçu en tombant, c’était un mystère. Jusqu’à ce qu’il reprenne conscience, Ho Joo était un semi-mort. Et s’il passait de l’autre côté, Méi n’aurait pas d’autre choix que de le tuer s’il ne voulait pas qu’il devienne lui aussi un rôdeur.  Cette discussion qu’on ne voudrait ne jamais avoir, ils l’avaient eu, une nuit à attendre le lever du soleil afin de reprendre leur route. Si Ho Jo mourait, il ne voulait pas se transformer en un cadavre qui pourrirait au fil des années à la recherche constante de chair.

Il respirait toujours. Son torse se soulevait au rythme de sa respiration, pourtant toujours inconscient. Une heure était passée, puis deux. Mais toujours pas de Jojo. Encore une, et le soleil se couche enfin, enfermant Méi à l’intérieur du bâtiment pour un certain temps encore, avec son ami toujours inconscient.  Le vacarme avait attiré probablement tous les zombies de la région, sans en trouver leur reste et même si ils survivaient à ça, sortir dans leur état serait dangereux. A croire que la voiture n’avait été que leur seule chance de cette journée. La nuit était tombée, sans qu’il ne sache l’heure et c’était presque imperceptible, lorsqu'il laisse échapper un faible gémissement. Croyait-il vraiment que Ho Joo l’abandonnerait?

Ça faisait un mal de chien, et il en regretterait presque son inconscience. Le retour à la réalité faisait mal, réveillait le choc qu’il avait reçu un peu plus tôt. L’impression que tout ses membres étaient engourdis n’étaient pourtant pas comparable aux maux de tête. Il fronce légèrement les sourcils et rouvre enfin les yeux, parmi les vivants. Il fait trop sombre pour voir clairement et il tourne la tête. Méi. C’est presque dans un sursaut de panique, qu’il se met à le chercher. «  Méi… Méi ? où est-ce qu’on est... »  Et qu’est ce qu’il s‘était passé, pour que la virée ne finisse en explosion ?  L’explosion. Les éléments s’assemblent comme des pièces de puzzles, n’améliorant en rien la douleur. Il grimace, grogne, porte sa main au niveau de ses tempes avant de remarquer ses paumes brûlées. Peu importe. Il était vivant.

_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   01.02.16 10:27

Nous, face au monde et aux zombies

Les minutes passaient et Méi restait les yeux braquer sur le corps de Ho Joo. Il ne se réveillait pas. Pourquoi il ne se réveillait pas ?! Il avait fait les cent pas avant que sa cheville lui fasse trop mal pour un pas de plus. Il s’était alors lourdement laisser tomber sur le sol en face de son ami. Il l’avait entendu, un des vêtements de rechange de Méi sous la tête. Et maintenant, il attendait. Attendre le rendait fou. Sa bêtise le rongeait peu à peu et il n’allait pas tenir le coup. C’était sa faute, il ne pouvait en vouloir qu’à lui-même. Il aurait dû attendre un endroit à l’abri pour tester les briquets, un endroit très loin de tout ce qui pouvait brusquement exploser ! Sans compter qu’il avait gâché toute l’essence que la station possédait encore. Cela aurait pu leur permettre, après avoir trouvé une voiture potable, de retourner plus rapidement au camp. Il avait tout fait foiré. Et dire que ce n’était même pas une mission officielle… Ho Joo l’avait juste suivi pour qu’il puisse « prendre l’air ».

Cela devenait trop… trop dur, trop angoissant, trop… Pourquoi avait-il l’impression que ce n’était pas la première fois qu’il vivait ça ? Cette attente… Avait-il déjà perdu quelqu’un dans des circonstances similaires ? Il ne savait pas. Sa mémoire restait une immense étendue brumeuse. La personne qui comptait le plus pour lui depuis son amnésie était là, étendue au sol, sans bouger. Il n’avait même pas cherché à explorer totalement le restoroute… il ne voulait pas laisser Ho Joo une seule seconde. S’il se réveillait… ou si quelqu’un venait brusquement ?! Vivant comme rôdeur. Méi ne pouvait faire confiance à personne à cet instant. Il était au mode sauvage. Il paniquait tellement que son instinct prenait le dessus. Il ne contrôlait plus grand-chose. Même quelques larmes avaient coulé… Il ne se rappelait même pas avoir pleurer dans sa vie. Autrement que par douleur à cause de sa blessure à la tête. L’idée de perdre son ami le mettait dans un tel état… Il ne se reconnaissait plus.

Lorsqu’il vit Ho Joo bouger, il était terrifié. Il avait peur de réaliser que son ami était devenu un des Leurs… alors il aurait failli à sa promesse de le tuer avant. Les larmes dévalèrent ses joues sans demander son avis. Il n’avait même pas su tenir une simple promesse !! Il prit sa matraque, la serrant jusqu’à s’en faire mal et s’apprêta à se lever pour mettre fin à ce cauchemar. Sans Ho Joo… il n’était pas sûr de rentrer au camp. Il n’était pas sûr de se permettre de lier un quelconque lien avec quiconque de vivant. Il errera certainement un peu partout… jusqu’à sa propre fin. Sans Ho Joo, c’était sa vie n’avait plus aucun sens. C’était lui qui lui avait donné un but, un objectif pour qu’il continue d’avancer même après avoir tout oublié. Quand Ho Joo parla… Méi était déjà certain de sa mort. Il ne réalisa pas tout de suite. Et puis soudain, les larmes se firent plus nombreuses. « T’es un crétin ! Un connard ! Me fais plus jamais ça ! Quand je te dis cours, tu cours ! Tu te poses pas de questions ! » Toute sa peur, il la ressortait en l’engueulant. Il n’avait jamais été ainsi. Il n’avait jamais ressenti que tout son monde s’écroulait jusqu’à aujourd’hui. Il avait même été jusqu’à oublier la possibilité que Ho Joo pouvait l’abandonner… seul dans cette vie qui ne tenait plus debout. Il se laissa tomber au sol et se colla à son ami, le serrant fort contre lui, oubliant complètement les blessures de ce dernier. Il avait eu tellement peur ! « Je t’interdis de crever ! »

© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   01.02.16 11:48



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


C’était un signe. Alors que Méi s'apprêtait à abandonner, Ho Joo se réveillait. Il n’était pas encore l’heure, pas encore la fin du duo Joméi. Ils auraient encore plusieurs sorties et un bout de route à faire ensemble. Méi avait plus souffert que lui. L’attente était pire que la douleur. Celui qui resterait dans ce monde, le dernier des deux, serait le plus malheureux, parce qu’il devrait porter le poids des souvenirs avec lui. Il redoutait ce moment, tellement qu’il s’était convaincu qu’il n’arriverait jamais. Ils devraient tirer leçon d’aujourd’hui, mais Ho Joo ne le ferait sans doute pas. C’était au contraire de ses principes, c’était s’opposer à vivre, que de laisser la peur gagner.

Il reprenait enfin conscience de ce qui l’entoure, sans aucune notion du temps qui avait bien pu s’écouler, depuis qu’il avait tué un zombie à la station essence. Sans même savoir où il se trouvait et s’il n’y avait aucun danger autour de lui. Et pourtant son premier désire reste de s’assurer que son coéquipier va bien, surpassant le maux de tête. Ses mots sont des coups de marteau, mais il s’en fiche. Entendre le son de sa voix le soulage, le fait soupirer et se reposer sur le sol. Il allait bien, et c’était le plus important. Il n’a pas le temps de souffler, son poids s’appuyant contre son torse. Idiot. Ça lui fait mal, son dos a subi un mauvais traitement, mais encore une fois, il en a rien à foutre, passant un bras autour de lui. Méi devait avoir ses propres blessures, mais ils s’en soucieront après. Ils auront tout le chemin du retour pour prendre conscience de la douleur. Il comprenait, il savait qu’il existait un lien entre eux qui surpassait les simples amis de voyage. Qu’il serait tout aussi affecté si il avait cru le perdre. Seulement, il ne s’attendait pas à sentir ses larmes.  « je suis trop solide pour crever Méi … je te laisserai pas ok ? »  Qui était-il pour promettre qu’il survivrait à tout ? Certainement pas dieu. Étrangement, il avait toujours cru qu’il serait celui qui devrait affronter la mort de Méi, et non l’inverse. Non pas qu’il le pensait plus faible que lui, son coéquipier se montrait meilleur dans certain domaine. Ils se complétaient, à égal niveau. Seulement, peut-être s’agissait-il d’une habitude. Quand on affronte la mort de nos proches, on se dit que chaque personne à qui on s’attache, finira par mourir devant nos yeux.

Il tente de se détacher au bout de quelques minutes, pour le détailler et se redresser avec difficulté.   « t’as rien hein ? tu t’es pas fait mordre Méi ?»   Parce que ce serait pire que tout, qu’il se réveille, soulagé et retombe aussi vite dans l’enfer. Pour arriver jusqu’ici, il avait du réussir à l’y emmener. Et avec lui comme poids, il aurait difficilement affronté qui que ce soit. Ses yeux le détaillent, comme il peut dans l’obscurité avant de jeter un coup d’oeil. Un restaurant?  Un soupire, il repose sa tête contre son épaule, fermant de nouveau les yeux. Il réfléchirait plus tard. Méi lui avait sauvé la vie. Méi n’y avait pas mis fin. Il l’attire à nouveau contre lui pour le serrer, en guise de merci.

_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   01.02.16 12:23

Nous, face au monde et aux zombies

Il s’en foutait que ce genre de promesses n’avait aucun sens dans un tel monde, qu’elles étaient impossibles à tenir… cela lui faisait tellement de bien. Cela le rassurait. Ho Joo avait toujours été doué pour le rassurer, pour lui donner de quoi s’ancrer et ne pas exploser. « Je n’ai rien… je n’ai rien… » Une simple cheville un peu enflée ne comptait pas. Ce n’était pas lui qui avait failli mourir il y a quelques secondes. Ça allait aller… pour tous les deux. Ils allaient s’en sortir et continuer la route ensemble… et cela faisait tellement de bien. Il ne s’était pas rendu compte de la chance qu’il avait d’avoir Ho Joo, à quel point il tenait à lui avant tout ça. Il savait qu’il devait beaucoup à son partenaire… mais il ne savait pas encore à cette intensité. Cela allait être dur de le lâcher après cela, de ne pas avoir peur à chaque seconde… Il ne savait pas s’il pourrait s’en remettre totalement. Il se mit même à trembler. Il était en train de craquer. « Je pleure pas… je pleure pas, hein. C’est juste qu’avec l’explosion, j’ai eu beaucoup de poussières dans les yeux. » Il s’accrochait à ses épaules avant de réaliser ce qu’il faisait. « Oh, merde ! Désolé Jojo ! Tu dois avoir mal… » Il s’écarta. « Eh… si tu veux que je te reporte… perds du poids s’il-te-plaît. » Il lui fit un petit sourire, tentant de se détendre lui-même.

Il vit les mains de Ho Joo et jura. Il fallait qu’ils s’en occupent… si ça s’infectait… ce sera grave. Il attrapa son sac et en sortit une bouteille d’eau propre. « Sers les dents un instant. » Il mit les mains de son ami sur ses genoux et versa de l’eau dessus. Tant pis pour son magnifique bas de pyjama, il sécherait vite. Ils allaient passer la nuit ici de toute façon, c’était plus sûr. Il fouilla dans son sac. Bordel, où c’était ? Il était sûr d’en avoir pris avec… c’était si important… « Eh… t’as de l’antiseptique avec toi ? Pour éviter l’infection… » Prendre aucun risque. Plus jamais. Sa dernière erreur avait failli coûter si cher… Il en resterait certainement marqué. « Bouge pas, je vais jeter un œil… y a forcément une boîte à pharmacie à quelque part… Crie s’il y a quelque chose ! » En espérant qu’elle ne soit pas déjà dévalisée. Mais qui ne tentait rien n’a rien. Il se leva et partit aussitôt derrière le bar. C’était toujours là que se trouvait la trousse d’urgence… Et miracle, il mit vite la main sur le trésor. Elle se trouvait derrière une rangée de verres poussiéreux avec la moitié brisée. Il essaya de l’attraper sans se blesser et dû s’y reprendre à plusieurs tentatives. Il avait enfin le sésame. Il revint aussi vite vers son ami. « On a de la chance… au milieu de tout ça… » Il l’ouvrit. Il y avait même des bandages encore tout neufs. C’était le jackpot. Il sortit l’antiseptique et reprit les mains de Ho Joo sur ses genoux. Il n’était pas très à l’aise pour ce genre de choses. Il l’était nettement plus à casser la tronche des zombies… En silence, il prit néanmoins soins des brûlures. Tout ça, c’était sa faute. Il était l’unique fautif. « Je suis désolé… j’ai fait une grosse connerie… » Ho Joo aurait pu y passer. Ils auraient pu y passer tous les deux. Il n’y aura pas eu de deuxième chance ou quoi que ce soit. La mort, c’était définitif. C’était comme s’il venait seulement de le réaliser.

© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : Zelo (bap) @xiu
 bitchtalk : 32
 points rp : 8
 âge : 21
 mood : #rageux
 lovemeter : aha.
 rôle : hunter
 weapon : barreau de prison
 happy hour :

MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   03.02.16 19:02



Nous, face au monde et aux zombies...
jojo x méi x zombies


Méi n’avait rien, ils étaient tous les deux en sécurité ici. Il inspire plus longuement et expire l’inquiétude qu’il avait ressenti. C’était bon, il n’avait même pas élevé la voix, encore assommé par les évènements. Ils avaient réussi à s’en tirer, alors qu’un autre duo seraient très certainement mort sous l’explosion.

Il pouvait pleurer, Ho Joo ne le charriait pas, ne l’aurait même pas relevé. Qu’il pleure sur son épaule, qu’il le laisse être son pilier, ça lui allait. Méi avait toutes les raisons de craquer après avoir affronter le monde tout seul, en portant sa vie sur son dos. Mais on ne lui en voudra pas de sourire, en entendant ses faux prétextes. La poussière dans les yeux, croyait-il franchement qu’il goberait cette excuse vielle comme le monde? Il roule les yeux et se contente de s’accrocher à lui comme il peut, sans user de ses mains ou appuyer ses avant-bras.  « c’est la poussière hein… mais te mouche pas sur moi. »   Un clignement, il ne résiste pas plus lorsqu’il décide de s’écarter. La douleur et ses blessures, il les avait presque oublié avant qu’il ne les lui rappelle.  Ho Joo fait le fier, secoue la tête et tapote son propre torse avant de se crisper. Ah, oui, douleur… Il se mord l’intérieur de la joue pour retenir une grimace.  « naah même pas mal, tu vois? »    Ce crétin se faisait plus mal tout seul, un crétin bien trop fier pour l’admettre. Donc il avait vu juste, Méi l’avait bien porté jusqu’ici. «  comment t’as réussi à me porter...t’es tout petit»    Il arque un sourcil, le juge, mais ne retient pas un sourire. Il ne cessera jamais de le surprendre.

Ses mains guériraient, il s’en souciait pas trop. Jojo n’est ni mécano ni médecin, probablement le dernier à se soucier de sa propre santé. Cela allait sans doute avec le fait de se sentir invincible, leur dix-sept moins à passer outre le danger.  Il verrait ça une fois au camp, bien qu’il le laissa jouer les infirmières.  « ça va, c’est que de l’eau …»   Avant de grimacer et de serrer les dents, comme il le lui avait indiqué. Sa peau était à vif, qu’il était bien content à l’instant qu’il ne s’agisse pas d’alcool. Il garderait probablement les marques de brûlure mais il préférait franchement les mains que le visage défiguré. Il n’avait jamais été celui qui portait les bandages ou la trousse de secours, il avait toujours laissé Méi s’en charger, sans doute à tort. Évidemment, qu’il n’avait pas ce qu’il lui demandait, hochant négativement la tête.

Il n’avait même plus son arme. Quand bien même un rôdeur apparaîtrait, qu’est-ce qu’il pourrait faire? Lui donner un coup de pied ? Il observe sa silhouette s’éloigner dans l’ombre de la pièce, puis détaille les alentours en l’attendant. Les bruits ne semblaient venir que de l’extérieur. Entre la chance et la malchance, c’était à croire qu’ils étaient passés de l’un à l’autre aujourd’hui.  Il fixe le kit de soin et le laisse reprendre. « Tu ferais une bonne infirmière. »   Un sourire amusé, il aurait presque lâché que c’était dommage qu’il n’ait pas la tenue. Pour détendre l’atmosphère avant de laisser le silence reprendre ses droits. Il ne lui en avait jamais voulu. Ho Joo avait tout autant fait des erreurs par le passé, qui auraient pu leur coûter. Il savait que l'inattention ou la malchance était le facteur qui vaudrait leur vie, mais il ne pouvait pas le contrôler. Jojo, de toute façon, ne lui en voudrait jamais. Et pourtant, il est rancunier de nature. «  c’est pas de ta faute Méi, ça aurait pu arrivé à n’importe qui… Ca arrive, même à nous. T’as assuré. »   Il aurait voulu tapoter son épaule, ou faire un geste au moins, mais se contente d’en finir, en bandant ses paumes, baissant les yeux sur celles-ci.  «  t’as déjà fait le tour ? tu devrais te reposer un peu. »   Il pourrait s’en occuper, même une heure ou deux. Si il y avait une trousse de secours, il trouverait bien autre chose qui lui servirait d’arme, peu importe. Mais après tout ça, c'était à lui de prendre le relais.

_________________




We'll survive,
I'll show you how.


The world we know is gone, but keeping our humanity? That's a choice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
HUNTER

 here since : 24/01/2016
 avatar : L.Joe
 bitchtalk : 59
 points rp : 12
 mood : Blasé
 lovemeter : Mon seul amour est les fruits.
 rôle : Hunter
 weapon : une matraque... rose mais dévastatrice
 happy hour :

With Rafaelwith Jojo ✗ soon


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   04.02.16 12:05

Nous, face au monde et aux zombies

Parfois, il arrivait à se demander pourquoi ils tenaient encore debout. Avec tout cela… Ils étaient des survivants et pourtant, des fois Méi se sentait plus brisé que jamais. Sans sa mémoire, il avait de la peine à se raccrocher à des bons souvenirs « d’avant », d’imaginer une vie calme et tranquille qu’il aurait pu avoir pour se changer les idées… Ils avaient bien quelques bons souvenirs, dont beaucoup avec Ho Joo, mais c’était surtout de ceux se rapportant à la survie. Lorsqu’ils trouvaient une douche qui marchait encore… avec de l’eau chaude en plus, lorsque Jojo poussait un cri de victoire après avoir déniché un carton entier de ses barres céréales préférées ou encore le jour où la chasse avait été fructueuse et qu’ils avaient pu se remplir l’estomac sans se préoccuper d’en laisser assez à l’autre. C’était ces moments-là qu’il pouvait appeler « heureux » alors que la première chose qui était censé arrivé à son esprit était de se remémorer le sourire rassurant d’une mère ou la complicité avec un père. Ho Joo… était la personne qui se rapprochait le plus pour lui d’une famille. Il ne pouvait pas se permettre de le perdre.

Il ria à la remarque de son ami. « Désolé… l’uniforme sexy me branche pas. » Il ferait une piètre infirmière. Il n’y connaissait pas grand-chose en blessure au petit gars qu’était Tae Shi. Ouais, dans sa tête, il l’appelait « petit » bien qu’il avait presque dix centimètre de plus que lui. N’allait pas chercher de logique à tout cela. « Non… tout le monde sait qu’il faut être con pour allumer un briquet à côté des pompes d’une station… même pour le tester deux secondes. » Il n’arrivait toujours pas à croire sa stupidité. Il avait fallu de deux secondes, deux secondes pour que tout vire au désastre… et s’il avait attendu une minute de plus avant d’aller chercher Ho Joo, ce dernier serait sûrement mort. Cette pensée terrifiante ne voulait pas le quitter. Il regardait son ami se bander les mains avec une grimace. Ainsi… cela n’allait pas tenir longtemps. « Ouais, j’ai vérifié… pas rôdeur… par contre, j’ai pas fouiller le potentiel. » Peut-être qu’il y avait d’autres choses utiles en dehors de la boîte à pharmacie… Cela ne coûtait rien de vérifier maintenant qu’ils étaient là. Il reprit les mains du plus jeune – une nouvelle fois – sur ses genoux pour ajuster ses bandages. Perfectionniste ? C’était possible… il voulait surtout que cela ne se défasse pas. Si Ho Joo devait se battre, il ne fallait pas que ses blessures s’aggravent ou s’infectent et il y avait toujours le risque que les bandes, une fois défaites, gêne ses mouvements. « Pas besoin de dormir. » Mensonge. Mais il était trop sous le choc de toute cette histoire pour fermer l’œil. Et s’il se réveillait brusquement pour se rendre compte qu’en réalité, Ho Joo n’avait pas survécu ? Il termina les bandages à sa convenance. C’était mieux. « Dors encore, faut que tu récupères, tu as dû avoir un sale coup à la tête. » Et qui de mieux que Méi pour savoir le mal de chien que cela pouvait donner. « Avec ce qu’on a mangé à boire, un peu même rester trois jours sur place s’il le faut… » Provisions qu’ils avaient prévues car selon leur programme, ils étaient censés avoir plusieurs jours de marche interminables… Heureusement ils avaient trouvé une voiture en chemin. Dehors, c’était certainement infesté de rôdeurs. Cela le serait pendant quelques temps… Tous ceux des environs avaient dû ramener leurs fesses après le boucan de l’explosion.

© 2981 12289 0

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
Aujourd'hui encore, nous sommes vivants. Mais je ne laisserai pas notre survie au hasard. Nous sommes préparés à vivre. Nous sommes préparés à survivre. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


{Contenu sponsorisé}


MessageSujet: Re: Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous, face au monde et aux zombies... <JOMEI>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hunt(me)down :: ryanggang :: samjiyon-