(LIBRE) three seconds
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 

 (LIBRE) three seconds


poster un nouveau sujet répondre au sujet


avatar
SOLDIER

 here since : 24/01/2016
 avatar : the hottest, byun baekhyun
 bitchtalk : 31
 points rp : 5
 mood : TERRIBLE
 lovemeter : il roule des pelles à son arme et c'est amplement suffisant :russe: (rouler des pelles, bastonner avec une pelle, lmao adios quoi)
 rôle : soldier
 happy hour :


des rumeurs disent qu'il est masochiste. + il n'est pas très aimé des siens. + il considère le manque de combativité de ses coéquipiers comme un signe de faiblesse et qualifie régulièrement les membres de sa faction de « mauviettes », « tarlouzes » et autres « lâches ». + il a déclaré détester le poulet durant une réunion collective. + certains disent qu'il a développé une obsession compulsive pour son arme. + d'autres murmurent qu'il serait mégalo. + il est impulsif et ne pense qu'à la baston. + il arrive à se traîner dans des histoires qui ne le concernent pas en premier lieu. + il s'attache rarement aux gens, mais quand c'est le cas, il devient imprévisible. + il croit au père noël. + il n'est pas si mécontent de cette apocalypse, voire pas autant qu'il ne le fait croire. + on se demande bien s'il n'aurait pas des ancêtres nordiques. + on le reconnaît à sa tête de guignol et à sa pelle. la plupart du temps, il est surtout en train de se battre, que ce soit avec ses alliés ou avec ses ennemis.



texte.


MessageSujet: (LIBRE) three seconds   26.01.16 20:10

TENUE + Le pas lourd, tant bien que mal discret, il avançait dans le plus bref des silences. Il avait bien failli y passer. Il n'aimait vraisemblablement pas les coups en traître comme ça, mais il avait bien failli y passer : une morsure, et c'en était définitivement fini de lui, fini de la petite plaie ambulante des Strong qui comblait le silence de la prison, de sa rudesse inexpliquée et de sa pelle brandie à l'aveugle.

Il ravala son souffle, la joue barbouillée de sang - les lèvres peinturlurées d'hématomes. C'était bel et bien son arme qui l'avait sauvé, et il ne regrettait rien de cette périlleuse excursion. Ça avait été une lutte intense, de ce type-là : où tous ses sens sont éveillés et alarmés, parce que sa vie frôle une fois de plus les limites, insupportables limites, celles avec lesquelles il joue sans cesse ─ lui procurant ce genre de plénitude enflammée, qu'il n'aime que trop bien ressentir. Le goût de la douleur au cœur, du sang dans la bouche, du cerveau affolé et du danger à seulement quelques centimètres de sa carcasse, l'électrisant d'une énergie nouvelle dont il se sert pour survivre.

Il marcha. Longtemps. Il ignorait où il allait et où est-ce qu'il se perdait, mais il était préparé à faire face à n'importe quel rôdeur ─ n'importe où, à n'importe quel moment. La stratégie ? Il ne connaît pas et n'a jamais connu, mais au moins, sa spécialité est aussi vive qu'un plan que l'on aurait minutieusement échafaudé : bastonner sans réfléchir, et puis voilà. C'était sa marque de fabrique, son style de combat - si style il y avait.
Alors il marcha, en silence. Presque instantanément, comme si ses pas le lui avaient ordonné inconsciemment, il atteignit un petit canal paisible ─ et l'éventualité d'y retrouver des corps flottant lui traversa l'esprit, pendant un instant de brève réflexion. Il se mordit la lèvre meurtrie à cette pensée, laissant son regard y dériver. Pourquoi pas, après tout. Rien ne s'éloignait de ce genre d'horreur, quand on voyait la terreur tous les jours.

Ses pas étonnement feutrés le guidèrent à la source, et une fois penché sur cette surface claire, miroitante, il ne se questionna pas plus longtemps et imbiba son visage d'eau. Les traces de sang demeuraient au coin de sa bouche et même sur le dessus de ses arcades, mais qu'importe : pas question de se faire repérer à cause de ce parfum, absolument immonde à respirer et, il en était presque sûr, basé comme phéromone pour ces cadavres faméliques qui surgissaient de temps à autre des buissons. Seulement voilà, il pensait d'ores et déjà être un peu plus tranquille, jusqu'à ce qu'un bruit hasardeux attire son attention et lui fasse redresser le menton. Se soulevant instinctivement, il soupira, conscient d'une présence dans son dos.

─ T'as trois secondes mon pote, sinon je te bute et on en parle plus.

Et que cette présence soit amicale ou non, il ne le savait pas, mais ni l'un ni l'autre ne lui faisait ni chaud ni froid.

_________________
dear silly boy
dear silly boy, i hate you. i may want you to survive and not commit suicide but in my head, i've killed you three times. i hope you know that i need you more than i want to be free. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(LIBRE) three seconds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hunt(me)down :: ryanggang :: kimhyonggwon :: hoch'on river-